Le 12 septembre 2011, la publication du rapport Vickers en Grande Bretagne relance le débat sur la séparation des activités de Banque de Détail et de Banque de Financement et d'Investissement.
Les crises coûtent trop cher aux entreprises pour être gaspillées. Elles doivent être l'occasion de ruptures managériale ou stratégique, et de refocalisation vers les objectifs prioritaires à ne pas rater. Ainsi, la crise financière liée aux subprimes, qui pèse si lourdement sur l'accès au financement externe des entreprises, remet en lumière le rôle essentiel du directeur financier.
L'accord européen constitue une avancée , mais il est difficile d'envisager les conséquences des décisions annoncées tant elles sont complexes. Ce qui n'est pas dans l'accord est plus important que ce qui s'y trouve,a expliqué Xavier Timbau, directeur du département analyse et prévision OFCE dans le cadre de l'émission L'économie en question sur France Culture.
L'année 2011 a été particulièrement riche pour la régulation financière européenne. Au rythme « naturel »
de révision de certaines directives est venu en effet se superposer l'agenda issu de la crise financière,
largement impulsé par les décisions politiques du G20.
Il y a dans la finance, comme dans la haute couture, des modes et des saisons. La pression subie par les investisseurs pour s'y conformer est grande. C'est ce que les financiers que nous sommes appellent le benchmarking. C'est donc sans grande surprise qu'aujourd'hui, un peu plus de 3 ans après le début d'une crise majeure de l'industrie financière, il est de bon ton d'aborder la gestion des risques simultanément aux problématiques d'allocation d'actifs.
Les media ont largement commenté la crise des dettes souveraines en Europe et ont tenté d'analyser minutieusement les solutions possibles. Malgré cela, force est de constater que toute analyse devient rapidement obsolète en raison de la rapidité à laquelle de nouveaux éléments et des politiques inattendues apparaissent.

Directeur Crédit chez Henderson Global Investors, Stephen Thariyan revient en détails sur les propositions politiques pour résoudre la crise des dettes souveraines et sur les perspectives macro-économiques de la zone euro. Dans ce contexte, une classe d'actifs semble tirer son épingle du jeu : l'obligation d'entreprise.
Linedata, éditeur de solutions globales pour les professionnels de l'Asset Management, de l'assurance et du crédit, annonce les résultats de son enquête annuelle auprès des acteurs de l'Asset Management. Bien que l'étude souligne sans surprise la pression réglementaire et ses enjeux, un réel intérêt s'affirme pour les solutions d'hébergement SaaS, ainsi que le besoin en 2012 de solutions front office et de gestion de risque. L'incertitude économique prévaut toujours pour l'année prochaine, même si la majorité des sondés anticipe un retour de la croissance.
Il y a eu les emprunts Pinay,Giscard et quelques autres. Avant la déréglementation des marchés financiers, avant l'envolée de la dette, les Etats demandaient à leurs citoyens de prêter de l'argent avec à la clef quelques avantages sous forme d'indexation ou de réductions d'impôts. Ces emprunts peuvent coûter très chers à l'Etat en particulier pour ceux qui prévoyaient une indexation à l'or...

Déjà abonné

Les Couronnes