Partager :
Vidéo

Best of JNI: Les instits vous offrent leurs meilleurs moments

Le 22/12/20 à 08h11

par

Réjane Reibaud

Instit Invest vous propose un Best of vidéo des interventions des institutionnels lors des tables rondes de la JNI 2020.

Les Journées nationales des investisseurs ont été l'occasion de grands débats tout au long de 3 matinées de conférences intenses. Instit Invest vous propose un Best of des "verbatim" des institutionnels invités pour cet événement qui se tenait du 8 au 10 décembre 2020 en 100% digital.

C'est l'occasion de revoir Jean-Louis Charles, directeur des investissements et du financement d'AG2R La Mondiale estimer "qu'avec les taux de rendement négatifs, il faudra peut-être mettre les gérants obligataires au chômage dans les années qui viennent, ou les transformer en gestionnaires immobiliers".

Durant le panel consacré au rendement, Philippe Mimran, directeur de la division gestion d'actifs cotés chez EDF a déclaré : " Il y a quelques années, l’emprunt d’Etat était le cœur de l’investissement, c’était la base de construction d’un portefeuille. C’est devenu un embarras plus qu’autre chose, on ne sait pas très bien qu’en faire … on n’a pas trouvé d’équivalent offrant le même rendement/risque".

Dans le panel sur la gestion obligataire, Michel Manteau, responsable de la gestion de Taux à la CARMF a dévoilé que la Caisse de retraite des médecins de France avait dans l'obligataire, "un triptyque". Celui de l'investment grade, du haut rendement et des obligations non notées destiné à combattre ou obtenir un rendement au moins comparable au niveau de l’inflation." Aujourd’hui cela peut être facile mais demain sera un tout autre jour ", a-t-il prévenu.

Olivier Héreil, directeur général adjoint de BNP Paribas Cardif, a déclaré durant le panel sur les progrès à attendre en matière de prise en compte des enjeux ESG que l'assureur utilisait deux méthodes différentes pour calculer la température de portefeuilles. "Elles produisent des résultats différents. Un alignement des méthodes apparaît nécessaire", estime-t-il.

Enfin, invitée sur la table ronde consacrée au Climat, Anne-Catherine Husson-Traore, a  rappelé que  “2021 sera une année de transformation de la régulation, de toutes les pratiques, mais un des défis sera aussi d'accélérer la transformation des individus qui pilotent tout ça ». Le tout sans calendrier, ni moyens, ni actions programmées...

Déjà abonné

Les Couronnes